Bonjour Vincent, en quelques mots pourrais-tu te présenter et nous raconter ton parcours ?

Je m’appelle Vincent Parisi, comme Paris avec un i à la fin ! Je suis un athlète de haut niveau membre de l’équipe de France de jujitsu combat dans la catégorie des moins de 94 kg.

 

J’ai commencé cette belle pratique parce que mon père était judoka. Il fut le premier français à avoir gagné la médaille d’or aux jeux olympiques, et fut porte drapeau à Los Angeles en 84. J’ai donc bercé dans le milieu du judo depuis mon plus jeune âge.

 

A l’âge de 7 ans j’ai fait mon premier entrainement mais j’ai arrêté dans la foulée (NDLR Rire). Je suis tombé sur un fou qui s’appelait Roméo, c’était le genre d’entraineur qui se prenait pour un japonais et qui nous donnait des coups de bâton sur la tête lorsqu’on était à terre et qu’on ne se relevait pas assez rapidement. Ca m’a vite calmé alors je me suis mis à la natation puis au volley et au tennis.

 

J’ai repris le judo à l’âge de 21 ans dans un club situé à Pavillon sous Bois. C’est là que j’ai rencontré mes premiers entraineurs, mon père, bien sûr, puis Gilles Boutigny , Jean-Marie Lesson ( ancien grand judoka ) et Bertrand Amoussou (Pionnier du Jujitsu Combat) qui était entraineur national de Jujitsu Combat à l’époque.

Qu’est ce que le Jujitsu Combat ?

Ju-jitsu

Le Jujitsu Combat c’est un mélange de Karaté, de Judo et de Jujitsu Brésilien.

Pour l’anecdote, quand je suis arrivé dans ce club on m’a informé que les cours de judo avaient lieu le mardi et le jeudi. Mais je souhaitais m’entrainer tous les jours ! Je me suis donc présenté le lundi au cours de jujitsu avec Bertrand Amoussou, je ne savais pas vraiment ce que c’était mais le mélange de karaté et de judo m’intéressait beaucoup.

Bertrand est l’un des jujitsuka les plus titrés au monde, il a acquis un palmarès impressionnant grâce à son vécu d’athlète de haut niveau en Judo.

 

Quand j’ai découvert le jujitsu j’ai tout de suite adhéré. J’étais passionné par le judo (technique de projection et de travail au sol) et le Jujitsu apportait un complément avec les techniques pieds poings (que l’on appelle les Atemi Waza) et le travail de karaté. J’ai donc pratiqué le karaté, le judo et le Jujitsu au sol à savoir le Jujitsu brésilien avec toutes les techniques de clés de poignet, clés de jambe, clés de cheville etc. C’est vraiment une combinaison parfaite des arts martiaux.

Tu es devenu présentateur de l’U.F.C sur RTL9, que penses-tu du MMA ?

J’ai la chance aujourd’hui de présenter le plus beau programme au monde de MMA, que l’on appelle l’UFC, et c’est vraiment par hasard que je suis arrivé là.

Aujourd’hui, mon objectif n’est pas de militer pour le MMA mais tout simplement de faire connaître et comprendre ce sport. Il s’agit d’un vrai sport et non pas d’une boucherie ou d’un combat de rue comme certains le pensent. Les pratiquants sont des athlètes qui s’entrainent dur et qui devraient être mis en avant autant que les judokas, les karatékas ou les boxeurs.

 

En tant que présentateur chez RTL9, j’essaie d’apporter un maximum d’explications et de compréhension sur ce sport aux téléspectateurs.

 

Concernant la position de l’Etat je la comprends totalement car nous sommes dans un pays des droits de l’homme, et si Pierre de Coubertin a inventé les jeux olympiques c’est bien pour dispenser une certaine morale et certaines valeurs.

 

Mais aujourd’hui l’image du sport doit évoluer avec l’émergence de nouvelles disciplines. Il serait donc intéressant que mêmes les plus anciens fondateurs de l’image du sport en France se penchent, plus sérieusement, sur le sujet. Il est temps qu’ils fassent confiance en ceux qui connaissent cette discipline et qu’ils se rendent compte qu’elle mérite d’exister.

 

Mais finalement, ça ne me surprend pas tellement que l’on mette un frein au MMA. Dans les années 70’s, quand Dominique Valera est arrivé avec le Kickboxing et le Full Contact, on parlait déjà de sport de barbare… Et aujourd’hui il y a encore des professeurs de sport ou des éducateurs sportifs de judo de plus de 50 ans qui pensent que la boxe anglaise ne devrait pas exister. Donc quand on leur parle de MMA, ils ont d’autant plus de mal à l’accepter.

 

Un des principaux problèmes est que les conseillers du président de la République sur ce domaine sont les présidents des fédérations délégataires (comme les fédérations de karaté de Judo et autres disciplines) et ces personnes campent sur leurs positions en conservant leur vision du MMA (une position que je comprend totalement). Mais parfois ils interdisent uniquement par intérêt, par ignorance ou juge tout simplement hâtivement. Ces personnes considèrent que les sports de combat et les sports de percussion n’ont pas d’existence dans le visage sportif audiovisuel et ne doivent pas être vu par les enfants.

 

Mais cela ne les empêche pas de développer de leur côté des activités quasi similaire, je pense notamment à la fédération française de karaté qui a créé un évènement appelé le Pro Fight, c’est aussi violent que le MMA, voir plus, car la différence de niveau de certains combattants est plus grande. Le KO est clairement recherché sans qu’il y ait une fédération qui l’organise !

 

Si on prend l’exemple du football, un sport à la base collectif qui se regarde en famille dont l’intérêt est de prendre plaisir à regarder la construction du jeu des équipes et les buts. Je suis pourtant choqué par certains comportements tels que les insultes ou les altercations entre joueurs, ils véhiculent une certaine violence non seulement dans le stade mais aussi à l’extérieur.

 

Quant on regarde du rugby, on s’attend à voir du spectacle et des actions musclées et tactiques, mais là aussi on voit souvent des sportifs se battre… C’est normal, c’est le rugby ? Je ne suis pas d’accord pour qu’un sport manque à son éthique.

 

Un autre exemple, en athlétisme, on a vu récemment des coureurs français se taper dessus comme des délinquants, et pourtant on n’hésite pas à les médiatiser pour prôner les valeurs du sport français. On veut même nous faire croire qu’ils sont des héros !

 

Quant aux combats de catch qui n’ont aucune moralité ni aucune règle tout simplement parce qu’on part du principe que c’est du faux… On laisse les enfants regarder ces combats alors qu’ils ne font pas vraiment la différence. Moi j’adore ce sport, ça me fait beaucoup rire, mais je suis un adulte.

 

Mais la cerise sur le gâteau, le top du top de la violence dans mon best of, ce sont les journaux télévisés. Ils nous montrent des morts de guerre, des bombes qui explosent, des tirs au fusil ou encore le corps de Kadhafi mutilé et piétiné… des images qui passent en boucle à la télévision en pleine journée, c’est clairement choquant. Or regarder des combattants professionnels se battre parce que c’est leur métier n’est absolument pas choquant selon moi. On interdit des compétitions de MMA qui se déroule sans violence, c’est plutôt surprenant, non ?

 

Il s’agit d’un sport avec des règles et des catégories de poids qu’il faut sérieusement commencer à organiser comme il le mérite.

 

Commentaires : 0